Action des Professionnels du théâtre contre la suppression des subventions aux organisation professionnelles de la culture

Ont signé cet appel déjà plus de 1000 artistes et personnalités du monde culturel (voir la page en allemand)

Signer l'appel...

Revue Musicale Suisse 4/2017, p. 27

Encouragement à la culture ou déboisement?

Huit organisations, principalement d’ampleur nationale, réunissant des professionnels de la culture vont perdre le soutien que leur accordait la Confédération. L’Association Suisse des Musiciens (ASM/STV) se verra ainsi retirer en 2018 une aide qu’elle touchait depuis 100 ans. Les dernières décisions de l’Office Fédéral de la Culture (OFC) ne signent pas seulement l’arrêt de mort de cette association, mais aussi celui de la moitié des 17 autres organisations culturelles de toutes formes d’art qui se trouvent dans la même situation.

La raison de cette décision est une nouvelle répartition de l’argent liée à la nouvelle Loi pour l’encouragement à la culture. Avec ses grands ciseaux, la bureaucratie a séparé les tâches des associations en deux : le soutien de l’OFC sera accordé aux activités des institutions qui servent directement les intérêts matériels et juridiques des acteurs culturels. Mais les activités axées sur les intérêts professionnels et artistiques, ainsi que sur la promotion et la médiation ne seront plus soutenues par aucune organisation !

Cette situation, qui remet en question jusqu’à l’existence de plusieurs associations, montre à quel point l’OFC ne connaît pas l’utilité de ces dernières. Il suffit de jeter un œil dans les archives de l’ASM pour se rendre compte du rôle qu’elle a joué depuis plus d’un siècle pour la musique contemporaine suisse. Et pour les compositeurs et compositrices suisses, l’ASM est la seule association professionnelle.

Qui, à part les associations culturelles, permet le réseautage nécessaire, les discussions et les échanges entre les artistes connus et moins connus ?Qui, dans le domaine de la musique, discute avec de jeunes compositeurs et compositrices, avec des improvisateurs et des artistes pluridisciplinaires, pour leur permettre de présenter des œuvres encore peu établies ou d’échanger sur leurs méthodes de travail ?

Tout cela, et bien d’autres choses encore, figurent au programme de l’ASM pour les années à venir.

L’existence de dissonance est également hautement menacée pour des raisons financières. Ce périodique édité par l’ASM et reconnu loin au-delà de nos frontières est une des rares publications à traiter en profondeur le monde de la musique d’aujourd’hui.

La Confédération se comporte de manière contradictoire :

Nous appelons ici de nos vœux un retour en arrière de la politique fédérale de soutien à la culture, car dans la vie des artistes, l’aspect matériel et juridique est indissociable des contenus. Et les associations qui tiennent compte de ce fait doivent pouvoir poursuivre leur mission.

Käthi Gohl Moser, Présidente de l'AMS

(Schweizer Musikzeitung, «Carte Blanche», 4/2017, p. 27.
Traduction : JDH.  → Texte orginal en allemand: PDF )



© art-et-politique.ch  |  Impressum  |  haut de page