Daniel de Roulet

Comment employer un artiste

Pour bien discuter, travailler avec un artiste, il faut savoir un certain nombre de choses :

 

L’artiste a un ego plutôt important, il croit qu’il a vu ou senti des choses que les autres n’ont pas encore vues ou senties.

L’artiste attribue beaucoup d’importance aux questions formelles.

L’artiste n’est pas habitué à la démocratie, le monde dans lequel il vit est compétitif et pas égalitaire.

L’artiste est souvent inutilement tourmenté par des choses qui ne préoccupent pas les autres.

L’artiste se méfie de la propagande et des systèmes, à moins qu’il n’ait créé lui-même un système.

L’artiste ne s’engage pas complètement pour les autres, il ne se perd que rarement de vue.

L’artiste pense beaucoup à l’avant, à l’après parce qu’il peut toujours échapper au présent par la fiction.

L’artiste n’a pas peur de mordre la main qui l’a nourri.

L’artiste peine à discuter de politique parce que l’art ne peut être au service du politique.

L’artiste est souvent contre, ou à côté, rarement pour.

L’artiste a de la peine à travailler en groupe, à moins qu’il ne s’agisse d’un groupe d’artistes.

L’artiste préfère l’ironie au pathétique, le virtuel au réel, l’imaginaire au sérieux, la dissidence au consensus

 

N’essayez pas d’imposer un sujet à un artiste. Proposez-lui un thème, mais pas la manière de le traiter. Attendez-vous à voir vos idées mises en cause et vos certitudes questionnées.

Ne faites confiance à un artiste que si vous ne pouvez pas faire autrement. Et comme vous ne pouvez pas faire autrement, faites-lui confiance.

 

ddr K+P 12.3.11

 



© art-et-politique.ch  |  Impressum  |  haut de page